Une déco au naturel : optez pour des matériaux recyclés

« Rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme », le chimiste français Lavoisier se doutait-il que sa célèbre citation collerait parfaitement trois siècles plus tard à la philosophie de trois talentueux créateurs ?
Par Nadia Daki
Apostille_20210611-022-min

Du mobilier à la décoration, les objets connaissent littéralement une nouvelle vie après être passés entre leurs mains de ces artistes. Entre résurrection et Ikigaï (mot japonais qui veut dire : trouver sa raison d’être), leurs créations marient à la perfection modernité et esthétisme. Lorsque l’on souhaite apporter une touche d’originalité et d’authenticité à sa décoration d’intérieur, on pense à des objets uniques, tendance. Parfois, l’utile et l’agréable se confondent pour mieux répondre à ces attentes, notamment lorsque ces objets sont conçus à partir de matériaux recyclés.

Déco atypique chez Apostille à Monchy-Le-Preux

Aurélie Petit aime se définir comme une « entrepreneuse créative ». Cette « touche-à-tout » est une créatrice d’ambiance. Installée depuis deux ans à Monchy-Le-Preux, près d’Arras, elle aime créer à partir de l’existant. « Les objets qui ont déjà vécu m’intéressent particulièrement car je peux prolonger leur histoire ou leur en créer une nouvelle. »

« Je me sens plus inspirée par des choses qui ont déjà un passé »

Urbaniste de formation, elle travaille aussi bien le bois, le métal que le végétal. Elle chine, récupère des objets, passe un temps considérable dans les recycleries ou sur Le Bon Coin. « Je me sens plus inspirée par des choses qui ont déjà un passé, confie-t-elle. Partir d’une forme, d’une matière pour les révéler autrement est un véritable challenge. C’est justement ce supplément d’âme qui va conférer à l’objet final un côté décalé, personnalisé, sensible. » Celle qui ose l’atypique aime imaginer ses pièces dans leur environnement. Véritable metteur en scène de la décoration, elle restaure et revisite les lieux de manière que les futurs acquéreurs puissent se projeter. « Il ne suffit pas de créer pour créer. Il faut trouver le dénominateur commun entre mon inspiration et le coup de cœur du client », précise-t-elle. Elle qui aime marier l’ancien et le moderne a toujours l’esprit en éveil.

« Tout m’inspire, le quotidien, l’extérieur. Je fais beaucoup d’essais, parfois ça ne fonctionne pas. Cela me permet néanmoins de rebondir sur une autre piste. » C’est ainsi que pour la décoration d’un restaurateur, elle détourne les livres de cuisine du chef non utilisés en fleurs de papier. Sa démarche écoresponsable repose sur ce qu’elle définit comme une « revisite créative » : « Ce qui m’anime, c’est la valorisation positive des matériaux ». Sa passion, communicative, transparaît dans ses productions comme ces kits de création de fleurs aimantées. Également coach en décoration d’intérieur, elle propose régulièrement des ateliers créatifs. Et, cet été, l’annexe de l’atelier sera un gîte dont la déco est bien évidemment totalement revisitée.

www.apostille-arras.fr

Mobilier en palettes recyclées chez Palette Graphik à Amiens

De son côté, Alenka Macko est exclusivement attirée par le bois. Installée à Amiens depuis 2014, elle imagine, conçoit et vend des meubles et des objets de décoration confectionnés à partir de palettes recyclées. « Suite à un déménagement, je me suis aménagé un atelier où j’ai commencé à fabriquer des choses en bois par passion », se souvient-elle. Ouvrir une boutique devient une évidence pour cette ébéniste. Ouverte depuis deux ans, attenante à son atelier, elle y expose ses créations uniques, « Je dois tout d’abord m’assurer que les palettes ont été traitées naturellement et qu’elles ne contiennent pas de produits toxiques. Le bois de palette souffre d’une image péjorative alors qu’il s’agit d’un bois massif brut. »

Après les avoir démontées et déclouées, Alenka Macko fait sécher ces palettes entre 6 mois et un an, selon leur taux d’humidité. Ainsi, le bois sera plus stable et présentera moins de risque de fissure dans le temps. « Le bois est une matière fascinante. C’est une matière vivante, chaleureuse. Chaque planche, chaque morceau est unique. J’aime travailler avec ses éventuels défauts et les différentes nuances de couleurs m’inspirent », partage-t-elle. Les saisons, la nature, mais aussi la ville sont d’autres sources d’inspiration. Ses meubles (table basse, coffre, table de nuit, bureau, etc.), d’inspiration vintage et scandinave, dénotent également par une touche street art. Son style se décline également sur des lampes, des horloges ou encore des plateaux. Mais, ce qui lui tient particulièrement à cœur, c’est que ses créations soient accessibles. « Je veille à ce que les prix soient abordables. Je suis heureuse lorsqu’un étudiant achète quelque chose en boutique par exemple. »

www.palettegraphik.com

Mobilier en drêche chez Instead à Saint-Quentin

Chez Instead, on aime la bière ! Franck Grossel, à la tête du projet, ne s’en cache pas. « J’aime la bière, je suis un véritable passionné. Elle m’inspire dans sa technique et dans ses procédés de fabrication. » Fin connaisseur et très documenté sur le sujet, l’envie d’entreprendre s’est imposée à lui. Cet ébéniste se lance donc il y a trois ans, couplant ainsi sa passion et son savoir-faire en proposant du mobilier conçu à partir de drêche, un résidu obtenu à partir du brassage des céréales.

« J’avais envie de créer quelque chose de nouveau, qui reconnecte les gens avec les objets du quotidien. La drêche est un matériau naturel très intéressant sur le plan artistique car très malléable. » Cette alternative au bois se révèle également intéressante par sa disponibilité. « Il faut attendre plusieurs années avant de pouvoir utiliser le bois d’un arbre. L’orge, elle, est récoltée deux fois par an. » Après avoir chauffé une première fois la drêche pour la débarrasser de son humidité, celle-ci est chauffée une seconde fois pour pouvoir être agglomérée et compressée. « C’est le sucre qu’elle contient qui va servir de colle. » Porté par de fortes convictions environnementales, Franck Grossel conçoit ses créations autour de la convivialité et de la sociabilité. On retrouve donc parmi ses créations des tabourets, des horloges et … des dessous de bière.

www.insteadmobilier.fr

Texte : Nadia Daki
Photos : Laurent Desbois – Lwood ; Cyrille Struy ; Instead
02 juillet 2021
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Prolonger la maison et sublimer l’existant
Havre de voyageurs pleins de douceurs
Ouvrez grand vos intérieurs
Le bureau à la maison, comment bien s’organiser
Réveillez vos intérieurs, osez la couleur

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation