UGEPA, unique fabricant de papier peint français

Dernier fabricant de papiers peints en France, UGEPA est créateur, fabricant et distributeur depuis Moreuil dans la Somme. UGEPA réalise plus de 7 millions de rouleaux par an.
Par Kaltoume Dourouri
DSCF8859-Largeur-max.-1024-Hauteur-max.-768

UGEPA, à Moreuil, dans la Somme, est la dernière entreprise à fabriquer du papier peint en France. L’entreprise a été créée en 1974 pour fournir au pays du papier peint français, jusqu’alors importé essentiellement d’Allemagne. Tout d’abord, propriété des Galeries du papier peint, puis du groupe Decoralis, UGEPA retrouve son indépendance en 2010 et ne cesse de se réinventer depuis. « Si UGEPA disparaît, c’est tout un savoir-faire français qui disparaît avec elle. Nous nous sommes vite développés dans de grandes surfaces spécialisées à l’étranger puis en France comme des Leroy Merlin et Castorama. Nous avons opté pour le développement par l’innovation, » confie Guy Lammertyn, Directeur général délégué d’UGEPA, récompensée par le ministère de l’économie et des finances, qui lui a accordé le label Entreprise du patrimoine vivant. 

Biogardisation des papiers peints 

L’entreprise mise notamment sur des papiers peints à base de solutions biocides et virucides. Il s’agit d’encres bactéricides que l’on retrouve sur le papier. Résultat : un produit sain à destination du grand public mais aussi des hôpitaux, Ehpad et autres services publics. « La crise sanitaire a sûrement accéléré notre réflexion. Nous sommes les seuls en France à travailler sur cette innovation. Rappelons que, pour le moment, nous représentons 7% du marché du papier peint en France encore largement détenu par les Allemands et les Belges. Notre technologie est prête à être mise en œuvre et à être présentée aux donneurs d’ordre que ce soit pour les grandes surfaces du bricolage, les architectes ou professionnels du bâtiment. »

Une technique inspirée de celle utilisée sur les billets de banques. En effet, UGEPA est affiliée à l’association Imprim’Luxe dont Oberthur Fiduciaire qui fabrique les billets de banque est membre également. Elle utilise la solution Bioguard développée dans le centre de recherche VHP Security Paper du groupe François Charles Oberthur. C’est une solution antifongique, antibactérienne et antivirale qui aujourd’hui est adaptée aux encres du papier peint. « Nous avons recruté un chimiste spécialement pour travailler sur cette nouveauté. Nous avons déjà des clients qui nous demandent l’exclusivité sur ce produit, » assure le directeur.  

70 millions de mètres de papiers peints par an 

Le futur du papier peint offrira des produits encore plus techniques, luminescents, isolants, ou encore barrière wifi. Les collections de papiers peints, comme les tendances de la mode, sont de plus en plus rapides, et dans l’air du temps. « On cherchera toujours à être le plus vertueux possible dans notre production en réduisant continuellement nos déchets et en recherchant continuellement des solution pour réduire notre impact environnemental, nous sommes d’ailleurs en cours d’installation de 1400m² de panneaux photovoltaïques qui permettra de réduire d’autant notre consommation en énergie électrique, » affirme Guy Lammertyn qui a également investi dans des machines très performantes dont la dernière arrivée de Nouvelle-Zélande pour un montant de 2 millions d’euros.

Une aide de 400 000 euros a été accordée à UGEPA pour cet investissement dans le cadre d’Industrie du Futur. La nouvelle machine offre la capacité de produire du papier peint intissé avec l’option du préencollé. « L’intissé est un papier très facile à poser et à décoller à sec, idéal pour de la décoration d’intérieure, il permet de changer de décoration au gré de ses envies. Cette machine permet de plus l’ajout d’un adhésif sec, ou préencollé, au verso, qui est activé, lors de la pose murale, par humidification à l’eau claire, la pose en est encore simplifiée. Le produit est optimisé et plait beaucoup, » conclut le directeur d’UGEPA d’où sortent, toutes gammes confondues, plus de 70 millions de mètres de papier peint chaque année.  

VOYAGE VOYAGE !

Les 120 salariés d’UGEPA créent, fabriquent et distribuent jusqu’à dix millions de rouleaux de tapisserie par an. 75% des produits sont exportés au Japon, au Brésil, au Maghreb…Cela représente 6 000 tonnes de papier exploitées pour créer des papiers peints vinyles, expansés, intissés, glitters, personnalisés… « La tendance 2023 ira vers le voyage nomade avec des motifs botaniques, de grandes fleurs, annonce Tristan Vaudor, le responsable du studio de création chez UGEPA. On de collections plus exotiques pour aller vers encore plus de nature. Ce sera la grande tendance de fond ! » 

Texte : Kaltoume Dourouri
Photos : Franck Bürjes
20 juin 2022
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Le Louvre-Lens, l’envers du tableau
Louvre Lens Vallée, dénicheur de pépites
Gelkrem, de la crème glacée made in Pas-de-Calais
Diruy cultive les lettres de noblesse de l’artisanat
Caparol France a 20 ans

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation