Transition La Piscine ou l’art du Grand Bain à Doullens 

S’approprier un lieu destiné à la destruction pour le transformer temporairement en résidence artistique. Réaliser des happenings où se croisent graffeurs et DJs dans une piscine fantomatique… C’est Transition La Piscine.
Par Stanislas Madej
A_transition_piscine_08_22_277low

Transition est une démarche artistique, une aventure folle comme on les aime et qui a démarré à Abbeville en 2021. A l’époque, un immeuble du quartier du Soleil-Levant était voué à la destruction. En quelques jours, Yann Colignon, a obtenu les autorisations nécessaires pour faire passer l’immeuble du statut de squat artistique illégal à musée vivant éphémère. Durant trois mois, avant que l’immeuble ne soit détruit, des dizaines artistes avaient investi les lieux entrainant dans le sillage de leurs aérosols plus de 20 000 visiteurs. Un succès inattendu qui a donné des idées à d’autres villes. 

Cette fois, c’est au Centre nautique Marc-Revaux de Doullens que le collectif artistique a replongé avec délectation cet été. Ici aussi, la construction disparaitra après l’ECDD, le bien-nommé Espace Culturel à Durée Déterminée, pour laisser place à des résidences seniors. Mais en attendant, Transition La Piscine c’est maintenant.  

Prendre un bain de couleurs  

Les artistes s’expriment ici dans un espace précis et avec un thème évident : l’eau. Et l’univers marin. Cette eau qui jaillit du sol au plafond, coule dans tous les recoins de l’ancienne piscine sous les bombes colorées des artistes et vous invitent à plonger au fond du grand bassin. Celui-ci a d’ailleurs été réaménagé pour que le public puisse y descendre et se laisser submerger par ces vagues de couleurs, ces perspectives qui changent l’horizon. Avec une circulation organisée, fluide et agréable dans un endroit qui, évidemment, n’est pas destiné à cela au départ. 

Artistes d’ici et d’ailleurs  

En solo ou en collectifs, Yann Colignon a réuni une quinzaine d’artistes qui vous invitent à multiplier les points de vue pour apprécier toutes les facettes d’une œuvre unique. : « ici toutes formes d’art se côtoient : le graff, le collage ou la BD et l’illustration », explique Yann Colignon, organisateur et commissaire de cette exposition. « Le cheminement et le line up d’artistes ont été réalisés dans l’idée de l’univers marin. On voulait travailler avec des artistes locaux et nationaux pour mixer leur travail. Certains sont connus, certains sont en devenir, le principe étant de faire profiter aux premiers de la notoriété de leurs pairs. Vous reconnaitrez sans doute Ador ou Philippe Herard, graffeur ou artiste peintre venant de Nantes et de Paris, mais aussi KYOÔ (prononcer « caillou »), artiste locale, de Bernaville. Et sur les extérieurs, Gunt’s, originaire de Naours qui réside désormais à Compiègne, a investi toute la façade extérieure, avec une certaine émotion, car c’est là qu’il a appris à nager. 

Cultures urbaines  

Yann Colignon a réussi une nouvelle fois son pari en créant véritable musée multiculturel. L’Amiénois quinquagénaire, connu pour avoir créé le skate park d’Abbeville s’est laissé gagner doucement par toutes les formes de cultures urbaines et de les défendre comme toute autre forme d’expression artistique en créant le Curb (pour « cultures urbaines ») : Pour lui, « le graffiti fait autant partie des cultures urbaines que le skate ou le BMX. Quand on est pratiquant de l’un, on utilise la rue comme moyen d’expression. C’est assez naturellement qu’on penche vers ces arts. Le côté appropriation d’espaces pas communs, pas destinés à cela au départ, l’éphémère aussi, donnent une liberté d’expression riche », raconte ce créateur, organisateur d’événements et gestionnaire transitoire du lieu. 

Transition La Piscine vous fera explorer un « multivers street culturel » qui vous transportera nécessairement, avec la légèreté du fluide le plus précieux, tout en eau, tout en haut des émotions… 

Infos pratiques

Transition La Piscine est ouvert les samedis et dimanches jusqu’au 30 décembre 2022, ainsi que certains jours de la semaine (se renseigner auprès de la mairie de Doullens).  

Accès Gratuit. 

Texte : Stanislas Madej
Photos : Laurent Desbois
19 septembre 2022
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

David François : un trait acerbe sur Chaplin
Lens : L’Ambassade déverrouille la culture
Festival Saint-Riquier – Baie de Somme : un carrefour culturel
Chroma, pour une cathédrale débordante de couleurs
Art monumental

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation