Sojun : bonheur en cuisine

Après une reconversion professionnelle, la Béthunoise So’ s’accomplit à la tête de Sojun. Un restaurant qu’elle a voulu chaleureux comme une maison, où elle concentre saveurs d’Asie et souvenirs d’enfance.
Par Marie-Laure Fréchet
Sojun Béthune

Dans l’ambiance lumineuse de son restaurant béthunois, elle vous reçoit avec un sourire aussi jovial que spontané. Au mur, sur un grand tableau noir se dessine son parcours, entre d’un côté, un père cambodgien et une mère vietnamienne et de l’autre, le bassin minier où elle vit et puise ses produits pour cuisiner. Si pour l’état civil, elle est Hélène Sam, So’ n’est connue ici que par son diminutif, qui lui vient de son prénom cambodgien Sokha. Il signifie bonheur et sans doute lui a-t-il porté chance. 

Plaisir des grandes tablées familiales

La cuisine est pour elle une vocation tardive. C’est après un premier parcours dans l’insertion professionnelle et un changement de vie personnelle que la passion a pris le dessus il y a six ans. Même si avant l’ouverture de Sojun, So’ s’était déjà fait une petite réputation avec un food truck. De là à se lancer en autodidacte dans la cuisine… « Personne n’y croyait. On me disait : t’es une femme, tu as deux enfants à charge… Les débuts ont été difficiles », raconte la jeune femme, dont le restaurant ne compte alors que seize couverts. « Mais le bouche-à-oreille a vite fonctionné et un an après, on refusait 10 couverts par jour ».

Depuis, So’ a poussé les murs et déménagé dans un espace plus grand, en gardant une ambiance à la fois zen et cosy. « Je rêvais juste d’un petit boui-boui, d’une cantine et ne voulait surtout pas qu’on m’appelle chef », rigole-t-elle. Car pour elle, la cuisine reste intrinsèquement liée à ses souvenirs d’enfance et aux plaisirs des grandes tablées familiales. Celles qu’elle a connu à Roubaix où ses parents s’installent après avoir fui le Cambodge des khmers rouges et où elle est née. La famille est nombreuse et les moyens modestes, mais sa mère déploie des trésors d’inventivité pour que chaque repas soit une fête. « Surtout, ils ont tenu à nous élever à la française. On mangeait des plats asiatiques et des frites ou du grain de pâtes, raconte-t-elle. J’étais fascinée par ce que faisait ma mère. Je me sentais bien en cuisine. Et toutes ces saveurs me rendaient heureuses. » 

Curry maroilles

So’ en a gardé un vrai don pour une cuisine authentiquement fusion, réinterprétant les classiques de la cuisine asiatique à la sauce chti. « Je cuisine à l’instinct et aux émotions », commente-t-elle. Ça donne par exemple un welsh nem ou un poulet curry sauce maroilles. Ou encore le burger du mineur, réinterprétation du phô vietnamien dans un pain au charbon végétal. Le tout en y allant mollo sur les épices. « Les gens d’ici ne connaissent que la cuisine chinoise et japonaise », explique-t-elle. La carte change toutes les semaines et est élaborée avec des produits bio et locaux. Ce que So’ appelle le « frais maison ». Et si elle est seule en cuisine, elle s’entoure pour faire tourner le restaurant de novices en situation difficile. « Mon ancien métier m’a fait prendre conscience qu’il y a un fossé entre la restauration et les personnes en réinsertion », témoigne-t-elle.

Son engagement lui a valu d’être lauréate du Trophée des Femmes de l’économie, catégorie innovations sociales. Egalement très investie dans la dynamique de sa ville, elle est élue au conseil municipale en charge de la délégation économie sociale et solidaire et fait partie du Comité Artois initiative pour l’aide à la création d’entreprise. Tout en gardant du temps pour de nouveaux projets. Elle vient ainsi de mettre en place une légumerie-conserverie en circuit court, ouverte aux autres restaurateurs. Et au printemps, elle lancera avec son compagnon Gauthier Leprince, un food court dans le quartier en plein renouveau de la gare de Béthune. Un bonheur ne vient jamais seul.  

Sojun
46 Rue Eugène Haynaut
62400 Béthune
09 83 59 19 12

Découvrez la recette du chef

Texte : Marie-Laure Fréchet
Photos : Marie-Laure Fréchet
17 septembre 2020
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Œuf, haddock
La cour de Rémi : maison de famille
Les whiskys des Hauts-de-France sortent du fût
Le canard à la mode du Saltimbanque
Château de Beaulieu à Busnes : cherchez la femme

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation