Moins de déchets… dans votre cuisine

Que vous soyez sensible ou non aux débats écologiques, la mouvance du zéro déchet ne vous a probablement pas échappé. Depuis quelques années, la communication sur ce sujet touche un public de plus en plus large et les mesures prises au niveau des collectivités se multiplient. Mais lorsque l’on veut engager des gestes quotidiens, on ne sait pas toujours par où commencer. IcéÔ Magazine a choisi de porter son regard sur une pièce de vie particulièrement génératrice de déchets : la cuisine.
Par Claire Devilliers – naturopathe
Zéro-Déchets-dans-la-cuisine_Mauld-Peltier

Le vrac, pour une consommation plus juste

Des enseignes 100% vrac comme Day By Day aux rayons dédiés des magasins bio, en passant par la grande distribution qui s’y met timidement, le principe du vrac a connu en quelques années un véritable essor. Et les prévisions annoncent encore une progression soutenue de ce marché. Et si cette filière est en plein boom, c’est que les consommateurs lui témoignent un intérêt croissant, conscients qu’il s’agit d’un des premiers leviers pour réduire leurs déchets au quotidien. Finis les produits ultra-emballés. Le consommateur amène lui-même son contenant – sac à vrac en tissu, bocaux en verre, bouteilles consignées – réutilisables à l’infini. Dans un premier temps, les produits secs d’épicerie s’y prêtent tout particulièrement : farines, céréales, légumineuses, oléagineux…

Deuxième avantage de cette pratique : lutter contre le gaspillage alimentaire. Car en France, le gaspillage représente 30kg de nourriture par habitant et par an (étude de l’ADEME 2016). Acheter en vrac, c’est acheter la quantité exacte dont on a besoin… et non subir un achat ‘forcé’ par une offre marketing du type ‘2 achetés 1 gratuit’. Alors, prêt à vous lancer ? Voici les indispensables à mettre dans votre sac de courses : une dizaine de sacs en tissu léger (disponibles en magasin ou à coudre vous-même), des grands sacs de courses, des pots en verre de différents formats ou tout autre contenant. Les premiers pas en magasin seront peut-être un peu hésitants – ce n’est jamais simple de changer ses habitudes – mais vous prendrez vite vos marques. A la maison, étiquetez vos bocaux pour vous y retrouver plus facilement et remettez les contenants vides dans votre sac de courses dès qu’ils sont vides. Rien de compliqué en somme, juste de nouveaux réflexes à adopter.

Optimiser la conservation des produits frais

Voilà, les courses sont faites. Voyons maintenant comment optimiser la conservation de vos denrées les plus fragiles, notamment les fruits et légumes, qui représentent la moitié des aliments jetés par les français. En cause, une connaissance perdue des bons réflexes de conservation, à l’ère du surgelé, des conserves et du sous-vide. Alors voici quelques astuces faciles à mettre en place. Les fruits se conservent dans un endroit bien sec. Gardez à part les bananes et les pommes car elles dégagent beaucoup d’éthylène, qui accélère le mûrissement des aliments placés à côté d’eux. Les tomates sont souvent conservées à tort au réfrigérateur, ce qui leur ôte toute leur saveur. Gardez ce fruit à température ambiante. Pour faire mûrir au mieux un avocat, emballez-le dans un papier journal ou un torchon et conservez-le dans un placard deux à trois jours. Côté légumes, évitez aussi le tout frigo. Pommes de terre et autres tubercules, courges, oignons se gardent dans un endroit sec, sombre et frais, mais loin les uns des autres. Salades, épinards, herbes aromatiques doivent être bien séchés et emballés au frigo dans du papier absorbant pour limiter leur altération. Et si vous avez fait un gros plein de légumes ou une bonne récolte au jardin, émincez vos légumes et congelez-les dans des sachets prêts à cuire ! Ils vous dépanneront sans aucun doute certaines fins de semaine.

Composter facile

Si vous disposez d’un jardin, il n’y a rien de plus facile pour vous délester sans efforts de tous vos déchets végétaux – épluchures de légumes, coquilles d’œufs, marc de café… Dans l’absolu, un simple trou ou un tas au fond du jardin les accueillera. Pour bénéficier d’un bon compost, il faudra juste équilibrer les déchets verts avec des déchets carbonés (feuilles mortes, papier, carton…) qui réguleront l’humidité. Vous trouverez des guides détaillés sur le site de l’ADEME par exemple. Pour les habitants d’appartement désireux de composter eux aussi, ils pourront opter pour le lombricomposteur qui restera à l’intérieur. Même principe, il est cependant préférable de bien couper ses déchets pour faciliter leur dégradation par les lombrics. Le compost récolté boostera la santé de vos plantes d’intérieur !

Des déchets, vraiment ?
La notion de déchet est somme toute relative… Selon le célèbre adage « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme », de nombreux aliments du quotidien peuvent trouver une seconde vie après avoir été consommés. En voici quelques exemples :

Fanes de radis : bien frais, vos fanes de radis pourront vous servir à cuisiner un délicieux pesto vert express, mixés avec de l’ail, un oléagineux de votre choix, de l’huile d’olive et un peu de parmesan.

Zestes d’agrumes : fraiches ou séchées (au four ou au déshydrateur), ils feront de délicieuses infusions chaudes ou froides, agrémenteront vos gâteaux, yaourts ou vinaigrettes ou parfumeront délicatement vos produits ménagers maison.



Marc de café : en voilà un déchet multifonction ! Gommage pour le corps, désodorisant pour le frigo, répulsif au jardin (limaces et escargots), engrais naturel et activateur de compost… le marc de café a décidément mieux à faire que de se retrouver à la poubelle.

Queues de cerise : remède bien connu en phytothérapie, la queue de cerise est un puissant diurétique et d’une aide précieuse contre la rétention d’eau. A bien faire sécher pour les conserver dans des bocaux et les utiliser en décoction en cures temporaires.

Texte : Claire Devilliers – naturopathe
Illustrations : Maud Peltier
02 juillet 2021
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Un été de bien-être à Amiens
Le pain : au placard ou sur la table ?
EauBouLeau, pompe à essence
Cacao, la fève aux mille vertus
Sylvothérapie, cette forêt qui fait du bien

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation