Les Jardins du Manoir d’Hénocq, du Moyen-Age à aujourd’hui

A quelques kilomètres du Touquet-Paris-Plage, les Jardins du Manoir d'Hénocq proposent un véritable voyage dans le temps. Labellisé Jardin Remarquable depuis cette année, ce joyau botanique inspiré du Moyen Age se visite en famille. Découverte et émerveillement garantis.
Par Nadia Daki
FormatFactoryA_6F9A4204

Situés à Bréxent-Enocq dans le Pas-de-Calais, les Jardins du Manoir d’Hénocq sont une pépite dont on se transmettrait les coordonnées presqu’en chuchotant. A la fois pour rester fidèle au côté solennel qu’ils dégagent mais aussi pour ne pas perturber la quiétude du lieu. Car les bonnes adresses ne sont pas connues de tous. Pourtant, celle des Jardins mériterait d’être partagée avec tous ceux qui cherchent un havre de paix, un lieu pour se détendre, se rapprocher de la nature et de l’Histoire. La visite se veut familiale, comme l’histoire du lieu. Racheté il y a deux ans par la famille de Villiers, le Manoir d’Hénocq, qui date du XVe siècle, dispose d’un jardin de 4000 m2. Dès juin 2021, la famille décide de le rouvrir au public. « Cela faisait deux ans que les jardins étaient fermés, renseigne Marie-Aimée de Villiers, présidente de l’association du Manoir et des Jardins d’Hénocq. Nous avons souhaité repenser son fonctionnement car, jusqu’alors, ils étaient surtout visités par des initiés. »

Une aventure familiale

La famille n’atterrit pas ici par hasard. Anne-Aymone de Villiers, la maman de Marie-Aimée, est originaire de Saint-Josse, à sept kilomètres du Manoir. « J’ai passé tous mes étés ici depuis des décennies et je n’ai jamais visité le lieu », s’étonne encore celle qui s’occupe aujourd’hui de l’accueil et de la boutique. Lorsque la famille recherche une résidence secondaire dans les environs, c’est Marie-Aimée qui déniche la perle rare. « Les Jardins affolaient les potentiels acquéreurs. Pour nous, en revanche, très attachés au patrimoine, ce fut une évidence. » Le père, Emmanuel de Villiers, a dirigé pendant douze ans le parc à thème du Puy-du-Fou. « Lorsque nous avons acheté le Manoir, l’idée n’était pas de rouvrir les Jardins au public, se souvient Marie-Aimée de Villiers. Mais très vite, on a eu envie de les partager et de permettre aux visiteurs de découvrir le lieu. »

Toute la famille se prend au jeu. Marie-Aimée, qui a fait des études en communication, conçoit le site internet, rédige les flyers qu’elle traduit en anglais, s’occupe des réseaux sociaux. Avec son frère Edouard, 18 ans, et sa sœur Angélique, 17 ans, ils créent des jeux et un parcours pour les plus petits. « Nous avons chacun notre propre façon d’appréhender une visite dans un lieu. Nous nous sommes basés sur nos préférences pour proposer des activités croisées », précise Marie-Aimée. Et d’ajouter : « notre père a une solide expérience en la matière car après le Puy-du-Fou, il a dirigé le Futuroscope. Il supervise et donne les grandes lignes. On se concerte tous. Chez nous, chaque repas est une assemblée générale de l’association. »

Cet esprit familial se retrouve dans le concept des Jardins, à travers un jeu de pistes, conçu pour tous les âges. La famille a entrepris des travaux pour faciliter l’accès, notamment en créant un parking et en permettant un accès aux personnes à mobilité réduite. Depuis cette année, la grange est également ouverte au public. Elle offre une vue imprenable sur l’ancien colombier et sur la cour intérieure du manoir. Mais la vraie vedette reste le jardin. Avec plus de 250 espèces végétales différentes, il redonne ses lettres de noblesse à ces plantations d’inspiration médiévale.

Vestige du passé enraciné dans le présent

« Un jardin médiéval est composé d’une nature très structurée, extrêmement maîtrisée, explique la présidente de l’association. Il revêt surtout trois dimensions caractéristiques : une dimension botanique, une religieuse et symbolique et une médicinale. Tout est pensé en fonction de la symbolique. On cultive son jardin comme on peut cultiver son âme. Un jardin médiéval doit également répondre à trois besoins : se nourrir, se vêtir et se soigner. » Les jardins sont ainsi organisés selon ces critères. Même si l’aspect n’est pas une priorité de l’époque, il n’en demeure pas moins que les Jardins jouissent d’une esthétique indéniable. A l’entrée, on est saisi par la beauté de l’espace des roses galliques qui nous plongent littéralement dans un ailleurs temporel. Dans le carré de la Vierge, chaque plante représente une de ses vertus. « La fontaine au centre, c’est l’eau jaillissante, la vie. Les précédents propriétaires avaient récupéré une stèle provenant des ruines de l’ancien château. Nous avons poursuivi sa construction que nous avons achevée l’année dernière », explique Marie-Aimée de Villiers. Les déambulations se poursuivent et on flâne volontiers dans la chambre de lecture ou on se détend sur les bancs tressés en osier. Les arbres à plateau ou la grande haie marquent définitivement l’ancrage médiéval des Jardins, même s’ils se projettent aussi dans l’avenir : les projets en cours de développement prévoient un marché de créateurs et l’accès au site où se trouvait le château.

INFOS PRATIQUES

Les Jardins du Manoir d’Hénocq, 7, rue de la Creuse à Bréxent-Enocq,
Tél. : 06 03 74 44 85
www.jardinsdumanoirdhenocq.com
Entrée : 4€/5€

Texte : Nadia Daki
Photos : Olivier Leclercq
18 septembre 2022
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

La clairière de tous les temps
Ptipot’, récolter ce qu’on s’aime
Pierre Bonnaure : une nature hors cadre
Se laisser guider par un fleuve qui nous lie
Somme Sud-Ouest , aux sources de la nature

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation