Le jardin des Lianes, entre couleurs et senteurs

C’est pour avoir un jardin qu’Éliane et Guy Lebel se sont installés à Chériennes. C’était une première pour eux. Et puis, au fil des années, ils l’ont fleuri et arboré jusqu’à obtenir le label Jardins remarquables. Mais, au-delà des récompenses, leur jardin est ouvert au public surtout pour partager un peu de sa beauté et un peu de leurs conseils.
Par Carine Di Matteo
Jardin-des-Lianes_Cheriennes_07

Ça pépie joyeusement dans le jardin des Lebel. Les oiseaux volettent d’arbre en arbuste pendant que Guy marche vers le pont de bois qui enjambe l’une des deux mares du Jardin des lianes. Cela fait trente-huit ans qu’il arpente et sculpte, avec son épouse, ce demi-hectare de terre très argileuse et un peu calcaire du Montreuillois. Les roses commencent à fleurir, les iris resplendissent près de l’eau, les géraniums laissent leur feuillage danser légèrement. Un léger vent chasse les nuages et répand la douce odeur des glycines.

Composer un paysage

Lorsqu’Éliane et Guy sont arrivés à Chériennes, près d’Hesdin, seuls des peupliers et des pommiers se détachaient de l’herbe. « Nous avons dû retirer les peupliers, explique Guy. Ce sont des arbres qui ont besoin d’énormément d’eau. Quand on veut avoir un jardin, ce n’est pas facile d’y faire face. » Ils sont donc partis d’une page blanche.

Éliane et Guy Lebel n’avaient jusqu’alors jamais eu de potager ou de parterre, ni même un balcon. Elle était artisan coiffeur et lui était commercial et, donc, souvent en déplacement. Ils avaient peu de temps à eux. Mais ils sont d’emblée tombés d’accord : leur futur havre devrait être facile d’entretien et avoir le plus de couleurs et d’odeurs possibles.

Alors, ils se mettent à visiter des jardins et se renseignent auprès de pépiniéristes. Ils comparent et, surtout, ils suivent leurs envies. Ils commencent par planter des arbres et des arbustes, en 1985. Ils serviront de fond et d’abri pour les plantations futures. Déjà à l’époque, ils ont le souci du détail. Ils mélangent les variétés pour avoir des couleurs, des formes et des hauteurs différentes. « C’est important, souligne Guy. Leurs feuillages vont nous apporter tout au long de l’année de la coloration, même en l’absence de fleurs. » Ils apportent aussi des senteurs. « Nous avons choisi d’ajouter de nombreux arbustes à fleurs odorantes, poursuit le jardinier amateur, comme des viburnums, des prunus, des lonicéras. »

Mon conseil de jardinier
« Commencez par la plantation des arbres. Ils mettent longtemps à pousser, délimitent votre parcelle et permettent de vous abriter du vent et d’abriter les arbustes et fleurs à venir. Pensez à varier les variétés en anticipant leur taille, la couleur de leur tronc, mais aussi celle de leur feuillage. Nous avons, ici, décidé de faire des plantations très serrées et, pour faciliter l’entretien, d’utiliser des plantes couvre-sols, qui ont aussi l’avantage d’éviter l’évaporation des sols et de nous aider dans la gestion de l’eau. »

Un charme romantique

Des parterres s’ajoutent rapidement aux arbres et aux arbustes. « Leurs allées ne sont pas droites pour donner un charme romantique à notre jardin », précise Éliane. Elles nous emmènent dans une balade parmi les roses.

« Nous sommes passionnés par les variétés anciennes, confie Guy. Ce sont les plus belles et les plus parfumées à nos yeux. » Elles se mêlent aux roses anglaises David Austin. « Nous avons plus de 450 variétés de roses aujourd’hui, se réjout Éliane . Nous les choisissons autant que possible de couleurs pastel. » Lorsque les rosiers commencent à se faner, les hortensias prennent le relais. « Notre collection compte plus de 500 variétés d’hydrangeas », annonce Guy.

Quelques vivaces poussent au Jardin aux lianes. Il faut savoir les saisir au détour des allées qui dissimulent trois petites cabanes en bois, joliment décorées pour laisser libre court à l’imagination des enfants et de ceux qui l’ont été il y a longtemps. Il faut avoir l’œil aussi sur les doux messages accrochés un peu partout par les propriétaires et sur les nichoirs cachés dans le jardin. Les rossignols, les mésanges, les grives musiciennes, les troglodytes, coucous et pics verts aiment venir y flâner eux aussi. Et vous ?

Ma plante préférée

Pour Guy, c’est le cornus kousa satomi, ou cornouiller du Japon. C’est un arbuste très beau, élégant, intéressant. Il vient d’Asie et est assez rare. Ses couleurs sont déjà très jolies en cette fin de printemps, mais elles vont devenir magnifiques à l’automne.
Pour Éliane, c’est tout simplement l’aubépine. « C’est une plante ancienne que j’aime parce qu’elle me rappelle mon enfance. Elle a un côté vintage et romantique ».

Infos pratiques

Le Jardin des Lianes
8, rue des Capucins à Chériennes.
03 21 81 68 22
guy.lebel@wanadoo.fr
Ouvert du 1er mai à la fin septembre, tous les jours sauf le mercredi, de 14 à 19 h en semaine, et de 10 à 19 h les week-ends et jours fériés. Sur rendez-vous en dehors de ces dates.
Tarif : 5 euros par personne, 5 euros par groupe, visite comprise. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

,

Texte : Carine Di Matteo
Photos : Olivier Leclercq
02 juillet 2021
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

La clairière de tous les temps
Ptipot’, récolter ce qu’on s’aime
Pierre Bonnaure : une nature hors cadre
Se laisser guider par un fleuve qui nous lie
Somme Sud-Ouest , aux sources de la nature

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation