Le bureau à la maison, comment bien s’organiser

C'est la rentrée et surtout le moment de mettre un peu d'ordre dans nos intérieurs ! Si le télétravail est de plus en plus courant, il a surtout tendance à envahir nos pièces de vie. Il est indispensable de l'aménager de la manière la plus adaptée à nos besoins. Rangement, lumière, confort, voici quelques conseils pour vous lancer.
Par Pauline Malras-Vieljeux
Girl working on laptop from home or student studying from home or freelancer. Or she is watching a video or using the Internet

Ces derniers mois, le télétravail et ses nombreux avantages (meilleure productivité, gain de temps sur les transports, aménagement d’horaires, etc.) se sont révélés à ceux qui ne le pratiquaient guère auparavant. Si le confinement est bel et bien terminé (enfin, on espère), ce nouveau mode de travail demeure. Il est même devenu une éventualité à prendre en compte dans l’aménagement de nos logements. Alors, comment installer chez soi un espace pour travailler efficacement ? Quelles sont les règles à respecter pour créer un endroit adapté aux besoins et aux envies de chacun ?

Bien délimiter son bureau

Qu’on se le dise, l’idéal en matière de home-working, c’est une pièce dédiée concentrant à la fois le mobilier, les outils, mais aussi l’activité et les préoccupations liés au télétravail. Mais dans la réalité,  ce n’est pas toujours possible et bien souvent, le bureau est installé dans le séjour, dans la chambre et parfois même dans un couloir ou un vestibule. La règle qui s’impose alors est de marquer la limite, de différencier l’espace investi par le travail et s’assurer de ne pas envahir le reste de la pièce.

Ranger méticuleusement

Le choix d’un secrétaire, ou d’un meuble intégré et escamotable facilite grandement le rangement à la fin de la journée. L’objectif : faire disparaître toute trace d’activité et mettre de côté la charge de travail pour profiter de la soirée ou du weekend qui s’annoncent. Il faut alors chercher à occuper le moindre recoin. L’investir d’étagères, de placards, de coffres, pour dissimuler les dossiers et surtout, le clavier et l’écran. Seuls quelques jolis accessoires restent apparents, (pot, organiseurs, papeterie) ou quelques beaux livres inspirants. Et si on a la main verte, quelques plantes peuvent compléter le décor, d’autant plus que les bienfaits de la nature sur notre productivité n’ont plus besoin de faire leurs preuves !

Des principes lumineux

Si l’ergonomie (hauteur du bureau, du plan de travail, de la chaise etc.) est la clef du confort, elle est indissociable d’un apport lumineux adapté. La logique voudrait qu’on aménage le bureau directement sous une fenêtre, ne serait-ce que pour la vue. Mais la lumière directe n’est pas toujours la bienvenue, tout dépend de l’activité exercée. Avec un écran, mieux vaut s’écarter légèrement de la source de lumière et préférer un second-jour. Lorsque le soleil nous fait défaut, l’éclairage d’apoint peut s’avérer être un très bon allié, qui ménagera nos yeux, à condition d’être chaud et non pas blanc, avec une température de couleur comprise entre 2700 et 3000 kelvins, et pas trop puissant (15 watts suffisent largement).

Les accessoires incontournables, par Émilie de l’Atelier Kumo

Emilie est architecte à Lille et entrepreneuse aux multiples facettes. Elle tient notamment une boutique dans le centre ville, l’Atelier Kumo en même temps que son agence, Kabe Architecture. Elle vous livre quelques-uns de ses coups de cœur pour aménager votre bureau de façon minimaliste et efficace.

  • Des banettes de rangements minimalistes pour alléger le travail (Hubsch).
  • Une jolie lampe qui dirige bien la lumière (HAY).
    Lever les yeux vers l’horloge pour sortir un peu la tête de l’écran (HAY).
  • Le système String Furniture permet de moduler son bureau à l’envi.
    Des supports en liège brûlé pour épingler toutes ses idées (LOW KEY GOODS).
  • Un pot à crayons revisité en toolbox pour ranger de manière régressive (HAY)

Retrouvez les produits soigneusement choisis par Émilie, à l’Atelier Kumo, 7 rue de l’Hôpital militaire à Lille ou en ligne : atelierkumo.fr ou sur Instagram : @atelierkumo

Le home-working de Pauline

Pauline est rédactrice web en freelance. Elle travaille déjà à la maison depuis des années et a réussi à bien séparer vie professionnelle et vie privée dans un même espace. Comme sur son compte Instagram Break your day, elle partage son expérience au quotidien et ses joyeux délires, pour que vous aussi, vous puissiez aborder le travail à la maison avec bonne humeur.

ICéÔ : Comment organisez-vous votre journée de travail ?

Pauline : Je suis une folle d’organisation. J’ai une orga mensuelle (les fins de mois sont dédiées à l’administration, le début aux factures), à la semaine (ayant deux pans d’activité, un compte insta perso prenant et une newsletter personnelle) et quotidiennes. C’est un réel besoin que je ressens afin de terminer mes missions dans les temps, tout en ayant du temps pour ma famille et moi (quand même). Par conséquent, dès le départ je me suis fait des « journées types », avec des plages horaires allouées à différentes tâches. À titre d’exemple, le lundi et mardi matin sont réservés à la rédaction, les après-midi, au community management et la création de contenu.

De manière factuelle, ma journée ressemble à ça : 7h30-8h30 : enfants / 8h45-9h15 : café et établissement des tâches à accomplir que j’insère dans mes plages horaires (de 9h30 à 12h et de 13h30 à 16h15). Si besoin, je rajoute du temps le soir après le coucher et le week-end. La force d’être à son compte réside dans sa capacité à se connaître et vivre à son rythme. Me concernant, ma productivité décroît proportionnellement à l’avancement de la journée, mais également de la semaine. De ce fait, les tâches demandant une grande concentration sont le matin et en début de semaine. Le tout c’est de le savoir ! (rires).

Selon vous, quelle est la meilleure pièce pour aménager un bureau ?

P : l’idéal est d’avoir une pièce dédiée à cela. C’est une certitude. Il faut un espace à soi, un espace consacré au travail. La raison est simple, lorsque l’on travaille chez soi, la frontière entre vie privée et vie professionnelle est mince. Travailler dans le salon rend la tentation de faire un brin de ménage assez grande… Travailler dans sa chambre rend la tentation de faire une sieste relativement importante, etc. Sans oublier que, dans l’inconscient général, « oh tu travailles chez toi, c’est normal que tu fasses le ménage, la vaisselle et à manger ». Et bien non, ce n’est pas normal ! Quand les gens vont au bureau, ils ne rentrent pas vider leur lave-vaisselle. Et bien, pour les home-officer c’est pareil. Et pendant longtemps, je me suis mise cette pression. Les prochains travaux dans la maison sont d’ailleurs l’aménagement des combles pour me faire un bureau. Une pièce qui sera interdite le week-end, enfin j’espère.

Comment trouvez-vous l’équilibre entre le travail et la vie de famille ?

P : je ne l’ai pas trouvé tout de suite. J’ai tâtonné, fait des erreurs, travaillant le mercredi alors que j’avais mes enfants, etc. Ce n’est pas viable sur du long terme. La charge mentale qui en découle est trop importante. C’est l’organisation de mes journées avec des moments pour ma famille et d’autres pour mon travail qui me sauve. Contrairement aux idées reçues, l’organisation ne rigidifie pas une vie, l’enfermant dans un carcan. Elle est même synonyme de liberté puisqu’elle me permet de trouver du temps pour moi. Le secret ? Ne pas avoir une ‘to do’ à barrer au fur et à mesure, mais avoir des tâches à caser tout au long de la semaine avec un laps de temps précis. De cette manière, on ne travaille que dans ses plages horaires préalablement identifiées et définies.

Quel conseil donneriez-vous à nos lecteurs pour un télétravail productif ?

P : le premier est de se créer un espace agréable avec toutes les fournitures nécessaires et ne pas être à côté d’éléments divertissants… J’entends : la télé, le portable etc. Le deuxième : faire un planning et décider à quoi est dédiée telle plage horaire. Le troisième : s’y tenir. Le quatrième : vraiment, c’est aussi une question de caractère. Il y a des personnes qui ont un véritable besoin d’être guidées et de rendre des comptes pour être productif, et c’est ok. Le télétravail impose une certaine rigueur et de la volonté, parce qu’au final, personne est derrière nous pour vérifier quoi que ce soit.

Retrouvez Pauline, ses passions, ses coups de cœur, son métier et ses tutos sur Instagram

Texte : Pauline Malras-Vieljeux
Photos : Atelier Kumo ; Break your day ; Bo Concept ; Joli tipi ; Adobe stock
27 août 2020
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Réveillez vos intérieurs, osez la couleur
Inspirations Art déco
Une gentilhommière de famille
Tous gaga du Hygge
La Renaissance du château

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation