La Mission Bassin Minier a 20 ans : le Bassin minier n’est pas un isolat mais un fédérateur

Directrice de Mission Bassin Minier depuis 2013, Catherine Bertram revient sur le destin exceptionnel d’un territoire « désirable et attractif. » Vingt ans après sa création, MBM compte désormais aussi valoriser son capital humain.
Par Joffrey Levalleux
Site du 9-9bis à Oignies

ICéÔ : Pourquoi la question de l’identité territoriale est-elle si importante à vos yeux ?

Catherine Bertram : Pour bien comprendre les enjeux qui sous-tendent notre réflexion, il faut faire un bond dans le passé. Et remonter bien avant la fermeture du dernier puits qui a eu lieu ici-même au 9-9 bis de Oignies en 1990. La transition commence en réalité à la fin des années 50. A l’époque, des secteurs comme l’agro-alimentaire, la plasturgie ou l’automobile anticipent le remplacement de la mono-industrie minière qui, depuis 250 ans, incarne la fameuse identité territoriale. Mais cette transition est loin d’être gagnée car le Bassin minier a perdu son moteur principal. On a dû tout mettre sur la table.

Et l’écrire sur un Livre Blanc

C.B. : Avant cela, sous la houlette de Jean-François Caron alors Conseiller régional, le Conseil régional du Nord Pas-de-Calais décide d’ouvrir un grand débat sur le Bassin minier. Nous sommes au mitan des années 90. Sur tout le territoire sont organisés des ateliers publics. S’y croisent des élus de tout bord, des experts, des environnementalistes, des urbanistes, des associations. Tout ça sans visio-conférences ni réseaux sociaux… Tous les sujets sont abordés : la culture, l’emploi, la santé, l’environnement. Finalement, ce pas-à-pas aboutit à la création d’un Livre Blanc, sorte de synthèse de tout ce qui précède. 

Synthèse qui donne naissance à Mission Bassin Minier en mai 2000 

C.B. : Mission Bassin Minier est une association, un outil d’ingénierie, de développement et d’aménagement d’un territoire. Mais le diagnostic est sévère. Dans le panier de la mariée, on a quoi ? De graves séquelles techniques liées à l’exploitation charbonnière, des problématiques de santé, un patrimoine en danger, des kilomètres de voiries à mettre aux normes… On savait que le chemin allait être rude.  

Comment résonne en vous l’Inscription du bassin minier au rang de Patrimoine mondial Unesco ?

En terme d’ambition, la focale Unesco pousse à l’excellence mais aussi au partage.

C.B. : Je la perçois comme une logique de trajectoire. Bien que colossal, ce dossier n’est pas un révélateur mais un accélérateur. Ses missions avaient en effet déjà été définies en amont par le Contrat de Plan Etat-Région 2000-2006. Je pense à la restructuration (urbaine, sociale, écologique) ou encore au renforcement de l’ingénierie des projets. Reste qu’en terme d’ambition, la focale Unesco pousse à l’excellence mais aussi au partage. 

Au partage ? Que voulez-vous dire ? 

C.B. : Qu’on s’aperçoit très vite que le bassin miner n’est pas un isolat mais un fédérateur. Si tu grandis dans ton pré carré, c’est l’échec garanti. Prenons la trame Verte et Bleue. Elle met comme personne en exergue les connectivités possibles au sein d’un même territoire. Mais ça va plus loin : elle fédère des territoires voisins comme la métropole lilloise, le Pays d’Artois, la Belgique. Prenons un autre exemple : les cinq grands sites majeurs. Ils sont identifiables mais non concurrentiels. Ici un centre d’interprétation du paysage et de l’habitat minier à la Cité des Electriciens (Bruay-la-Buissière), là un complexe dédié à l’image et au numérique en lieu et place d’une ancienne fosse (Wallers-Arenberg). Il y a un vrai effet de rebond culturel.


Même sans le Louvre-Lens ?

C.B. : Je pourfends le cliché selon lequel le bassin minier était un désert culturel avant l’arrivée du Louvre-Lens. D’ailleurs même le Louvre-Lens combat cette idée. Des lieux comme le Phoenix à Valenciennes, la Comédie de Béthune ou Culture Commune à Loos-en-Gohelle préexistent au Louvre-Lens. Le Louvre-Lens s’inscrit dans une démarche constructive ! Il est bâti sur une ancienne fosse au cœur de cités minières, fait travailler les gens du coin, contribue au rayonnement du territoire. 

Cette inscription est-elle un aboutissement ou un nouveau départ ? 

C.B. : Le fait que le bassin minier soit inscrit au titre de « Paysage culturel, évolutif et vivant » répond à la question. Mais rien n’est définitivement acquis. J’entends par là qu’on a eu l’équivalent d’une médaille d’or aux J.O. Mais contrairement à un sportif, on ne peut pas s’arrêter. On doit continuer à valoriser les richesses, à révéler les potentiels. Sur ce point, on a eu une vraie intuition sur le vélo ou le trail. Ces thématiques allient sport, santé, nature et tourisme. 

Quels sont les chantiers des dix prochaines années ?

C.B. : Un jour une dame frappe à la porte de MBM. Elle venait de la cité De Clerck, juste en face. Elle me dit : « On a de la famille de Marseille. D’habitude, on se dit qu’on n’a rien à leur montrer. Mais aujourd’hui, je voudrais leur montrer notre patrimoine. » Si ça, ce n’est pas de l’appropriation ! Ce que j’en retire, c’est qu’au final le capital humain est notre première ressource. Voilà notre grand chantier. Le Bassin minier, j’y vis, j’y travaille, j’y fais du sport, j’y pratique des loisirs, j’y reçois. Le grand pari, c’est l’offre touristique. 

En savoir+

Mission Bassin Minier, carreau de la Fosse 9-9 bis, rue du Tordoir – 62590 Oignies.
Tél. : 03 21 08 72 72
www.missionbassinminier.org

Dates clefs

Mai 2000 : création de la Mission Bassin Minier
Novembre 2002 : première sortie de la trame Verte et Bleue
Janvier 2003 : lancement officiel à Lens de la candidature du Bassin minier au patrimoine mondial UNESCO
Mai 2010 : lancement de l’opération des Cités pilotes
Juin 2012 : le Bassin minier Nord/Pas-de-Calais est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO
Décembre 2012 : inauguration du Louvre-Lens sur le site de la fosse 9 de Lens
Juin 2013 : inauguration du Métaphone au 9-9 bis de Oignies
Mai 2014 : Première édition du Trail des Pyramides Noires
2021 : inauguration du Parc des berges de la Souchez

Vous aimerez aussi

Texte : Joffrey Levalleux
Photos : Mission Bassin Minier – Jean-Michel André ; Franck Bürjes – Photochrome ; Guillaume Theys
02 janvier 2022
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Le visage inconnu : l’âme de la Grande Guerre
A Arras, Wellington poursuit sa carrière exemplaire
Les Puys Notre-Dame du musée de Picardie : un trésor amiénois à redécouvrir
Long, ville Lumière
Le cirque Jules Verne d’Amiens

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation