La Maison du Billard n’a pas cassé le jeu

A Sailly-sur-la-Lys, la Maison du Billard expose le savoir faire de trois générations au service évidemment du billard mais plus généralement des jeux intergénérationnels, avec une large prédominance du bois.
Par Gaëtane Deljurie
La-Maison-du-Billard_billard-hollandais-1

Il est tombé dedans quand il était petit. Armand Rogé parle avec passion et expertise des tapis de billards, des styles de piètement, des jeux d’estaminets… Il maîtrise la technique sur le bout des doigts. Et pas seulement les règles ou le style : dans sa famille, on fabrique des jeux depuis… trois générations !

« Nous travaillons dans un secteur agréable car nous vendons du loisir et donc du plaisir », résume celui qui a repris cette affaire familiale avec sa sœur, Fanny Vallart. Dans l’espace d’exposition niché à Sailly-sur-la-Lys dans le Pas-de-Calais, le billard devient un art de vivre à lui seul, qu’il soit industriel, design ou rustique, américain, français, anglais… Si l’on ajoute à cela que La Maison du Billard est revendeur exclusif Eurobillards sur la région Nord Pas-de-Calais et Belgique sud, on comprend mieux que certains clients viennent parfois de loin !

Billard-table à manger

« Nous proposons une large gamme d’options et de finitions, qu’il s’agisse des couleurs du tapis ou des pieds, d’un piètement en X ou en V, d’un plateau de table en bois ou en verre… Chaque jeu de billes possède également son type de bandes », indique-t-il en montrant les bords qui délimitent l’espace de jeu.

Mieux : la plupart des billards se transforment en tables de salle à manger. « C’est justement notre crédo, proposer des jeux intergénérationnels, qui permettent à la fois de jouer en famille et qui aussi dureront toute une vie », souligne Armand Rogé, qui réalise une large partie de ses ventes en ligne. La Maison du Billard prend en charge la commande de A à Z, de la fabrication dans l’atelier jusqu’au service après-vente en passant par la livraison et le montage.

« Ici, tout est pensé en interne : on dessine quelques croquis, on fabrique un premier prototype. Le produit est ensuite validé du point de vue des normes pour nous permettre de lancer des petites séries ». Le bois provient d’une entreprise, elle aussi familiale, Tintillier Fils, située dans le village voisin de La Gorgue. Contrairement à d’autres fabricants qui pourraient proposer des pièces uniques, « nous proposons différents standards pour offrir le meilleur rapport qualité-prix, sachant que les prix oscillent généralement entre 3000 et 5000 euros ».

Création de jeux

Au cours des dernières années, La Maison du Billard a également surfé sur la tendance des jeux d’estaminets : jeux de palets comme le face-trappe ou le billard hollandais, jeux de billes avec les planches à trous ou encore jeux de croquets. « Le produit phare que nous avons sorti cette année a été un jeu de croquet version adulte, avec une partie spécialement façonnée par un artisan jurassien spécialisé », détaille Armand Rogé.

La famille n’en est pas à son coup d’essai puisque La Maison du Billard sort régulièrement des nouveautés. En 2009, le Black Hole, inventé par Philippe, le père d’Armand et de Fanny, a reçu la médaille d’or du concours Lépine, le célèbre concours français d’inventions. Le principe ? Sur une table pivotante, quatre joueurs disposent de quatre palets face à eux et devront shooter ceux des adversaires, afin de les voir tomber dans le trou noir central.

« Nous vendons du loisir et donc du plaisir »


Le grand-père d’Armand Rogé avait créé VideoBox, dans les années 60 où les juke-box, baby-foots, jeux d’arcade et autres fléchettes étaient justement réservés aux cafés. A l’époque, le métier d’exploitant de jeux de café était très répandu : les machines étaient installées dans les bars sans pour autant être vendues et les recettes des monnayeurs étaient réparties avec le cafetier.
Dans les années 80, ces jeux se sont démocratisés pour intégrer aussi la cellule familiale. En parallèle, les nouveaux modes de consommation, corrélée à la fermeture des Houillères, ont fait disparaitre des centaines de bistrots à travers la région. Et avec eux, les exploitants de jeux de café… La Maison du Billard s’est alors recentrée sur l’un de ses savoir-faire, la construction de billards. Tout en surfant sur la mode des jeux d’estaminets, qu’elle propose même à la location pour des évènements.

Dernièrement, La Maison du Billard a lancé sa propre marque de queue de billard, sous la marque Lord-Cue. « Cela nécessite un savoir-faire très précis dans le choix du bois, l’alignement des veines et l’ajustement de la virole qui tient l’embout. La flamme (la décoration) est le fruit d’un assemblage de bois comportant près de 40 plis. C’est quasiment un objet d’art ! »

Le prochain lancement aura un petit goût de madeleine de Proust, avec un jeu de petits chevaux, décoré par un artiste lillois dans un style franco-belge assez haut de gamme. « Vous voyez ces petits chevaux en bois ? Ce seront bientôt des pièces de collection car ils sont fabriqués par un artisan jurassien qui part bientôt à la retraite et qui n’a pas trouvé de repreneur. » Et qui n’a pas eu la chance d’avoir des enfants tombés dedans comme Armand.

Texte : Gaëtane Deljurie
Photos : Olivier Coquel
02 novembre 2020
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

La savonnerie des Hauts-de-France : le cul propre pour des mains douces
Parc d’Olhain : le jardin côté cour
Café Pierrette, grains de folie
Avec Wintersberg, reprenez votre carrière en main
Haut les masques en Hauts-de-France

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation