La Baie de Somme en roue libre

La Vélomaritime en automne ? Non, nous ne sommes pas tombés sur le casque. Au contraire : cette virée à vélo avec la mer pour fil conducteur vous réserve son lot de belles surprises et de paysages ébouriffants. Suivez-nous pour une échappée fraîche et belle en baie de Somme.
Par Claire Decraene
FormatFactory002-3051-Reportage-Velomaritime-ICEO-MAGAZINE-©Teddy-Henin-

En roue libre ? Complètement. Depuis juin 2021, la Vélomaritime est achevée à 100%. « Il suffit de suivre l’itinéraire en repérant les pictos vélo sur fond vert et le drapeau européen marqué d’un 4 pour EuroVelo 4 (voir notre encadré) », confirme Jérôme Chauchard, chargé de mission Eurocyclo chez Somme Tourisme, qui nous embarque pour une journée de découverte de Mers-les-Bains jusqu’à Saint-Valery-sur-Somme. 37 km, c’est une petite étape (L’étape complète jusqu’au Crotoy fait 55 km) surtout si vous optez pour un vélo électrique.  

Départ à la mode Belle Epoque  

Ça commence fort. Les villas de Mers-les-Bains nous font une ola colorée pour un démarrage sous le signe de l’architecture balnéaire de la Belle Epoque. Alors que nous prenons de la hauteur, le point de vue de Notre-Dame-de-la-Falaise dévoile un panorama exceptionnel. Au loin, les falaises normandes et Le Tréport ; en bas le front de mer de Mers avec ses cabines de plage blanches et ses édifices de charme, plus de 300, classés en secteur sauvegardé. En deux coups de pédale, on passe de la mer à la campagne, direction Ault. La mer n’est jamais loin cependant et elle refait ponctuellement son apparition, immuable bande bleue parallèle à la piste cyclable. L’itinéraire passe juste à côté du Bois de Cise, une très jolie station balnéaire également, créée au 19e siècle dans un écrin de verdure au cœur des falaises.  

Un balcon sur la mer  

On file sur la D940 avec la silhouette du phare d’Ault en point de repère. Car qui dit littoral dit forcément phares. Vous en croiserez trois au fil de cet itinéraire : ceux d’Ault, de Cayeux-sur-Mer et du Hourdel. S’ils sont moins prestigieux que leurs voisins bretons, leur utilité n’en a pas été moins capitale. Reconstruit en béton armé en 1951, assez trapu et perché sur la falaise, le phare d’Ault ne se visite pas. Mais il y a de très belles balades à faire ici à pied et à vélo. On vous invite à prendre la tangente et à sortir de la route pour découvrir Ault et le quartier Onival, réputé pour ses magnifiques villas. Nous continuons vers Cayeux en roulant au bord de la réserve naturelle du Hâble d’Ault. C’est aujourd’hui une réserve ornithologique qui abrite plus de 270 espèces d’oiseaux migrateurs. On profite pleinement de la beauté sauvage de ce havre de paix depuis un point de vue aménagé sur les hauteurs de Hautebut, spécialement conçu pour les aventuriers de la pédale.  

Entrée en cailloux  

On vous le jure, vous êtes déjà presque à mi-route. Dans les marais de Cayeux, les huttes près du canal de Lanchères sont orientées tout droit sur nous ! Heureusement, ici, on chasse (à la hutte donc) mais la nuit. Une vieille tradition picarde qui se perd. La silhouette de l’Amer Sud annonce les fameux galets que l’entreprise Silmer ne tarde pas à nous faire entendre. A Cayeux, ce caillou riche en silice est exploité depuis le 19è siècle. Vient ensuite la digue, redevenue agréablement sauvage ans ses planches et cabines estivales. Avant de vous engager sur la Route blanche, jetez un coup d’œil au phare, niché dans le hameau de Brighton-les-Pins. C’est lui qui indique aux bateaux qu’ils arrivent à l’entrée de la baie de Somme. La maison du gardien vient tout juste d’être achetée par la ville et pourrait devenir un site touristique, une boutique de produits locaux ou même des chambres d’hôtes. On reviendra !   

Vers le Hourdel et l’au-delà 

Et puis arrive la Route Blanche : 2,5 km de bonheur pour rejoindre la Pointe du Hourdel. Cet axe de communication construit pour les pêcheurs à la fin du 19è siècle est déclassé en 1912. Les Allemands bétonnent la voie pour le transport de l’artillerie et les déplacements nécessaires à la construction du Mur de l’Atlantique. Il en reste un souvenir de taille : le grand blockhaus échoué dont le nez dans le sable témoigne de la force inexorable de la mer. Et nous voilà au bout du bout. La vue sur le Crotoy offerte depuis la pointe du Hourdel est incontournable. Il n’y a plus qu’à rejoindre Saint-Valery-sur-Somme. Mais arrêtez-vous avant à la Maison de la baie de Somme et de l’Oiseau. C’est là que l’on a appris que le Hâble d’Ault était un grand port au Moyen-Âge, que la baie de Somme compte 350 espèces d’oiseaux des 500 qui existent dans toute l’Europe et qu’il y a du galet cayolais dans nos téléphones portables, nos fonds de teint ou dans les lignes blanches de ces routes que l’on a suivies de temps en temps aujourd’hui. La route s’arrête justement pour nous à Saint-Valery-sur-Somme où nous attend le train du Chemin de Fer de la Baie de Somme. A vous les 230 km restants jusqu’à Bray-Dunes ?  

CARNET PRATIQUE

  • Nos vélos filant à toute allure (bridés à 25 km/h) ont été loués auprès des Locations du Canal à Saint-Valery-sur-Somme (comptez 25 à 35 € en moyenne la journée).  https://www.leslocationsducanal.fr
  • D’autres prestataires vous seront conseillés également à l’office du Tourisme. Office de tourisme Destination le Tréport/Mers  www.destination-letreport-mers.fr 02 35 86 05 69  
  • Pour préparer ses visites touristiques : www.somme-tourisme.com  
  • Un guide très bien fait pour découvrir toute la Vélomaritime : Vélo Guide “La Vélomaritime de Roscoff à Dunkerque” d’Arnaud Bénureau, paru aux éditions Ouest-France en avril 2022. 16,50 €.  
  • Pour suivre l’itinéraire sur une carte : https://www.lavelomaritime.fr et https://www.francevelotourisme.com  

LA VÉLOMARITIME : LE LITTORAL COMME BOUSSOLE  

La Vélomaritime est la partie française de l’EuroVelo 4. Elle s’étire sur 4 000 km de Roscoff, en Bretagne à Kiev, en Ukraine. Elle traverse la Belgique, l’Allemagne, la République Tchèque, la Pologne et l’Ukraine, au fil de 1 500 km reliant la Manche à la mer du Nord. L’itinéraire traverse des sites mythiques tels que la côte de Granit Rose, le Cap d’Erquy et le Cap Fréhel, Le Havre, le Mont-Saint-Michel et sa baie, les plages du Débarquement, les falaises d’Étretat, la baie de Somme, la côte d’Opale et les Dunes de Flandres. Soit 5 Grands Sites de France et 3 sites classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Un itinéraire vélo idéal pour les cyclistes en recherche d’évasion, de défi, de découvertes culturelles et gastronomiques. 

Texte : Claire Decraene
Photos : Teddy Hénin
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Le bruit de l’eau : se coucher au pays du Soleil-Levant
Gîte insolite : le Bain de Forêt magique d’Hardelot
Sur les routes de l’or blanc
L’automne en Val de Somme, ça détonne
Espaces naturels sensibles, une biodiversité préservée

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation