Immersion toute en émotion à l’Historial

Situé au cœur des champs de bataille de la Somme, l’Historial de la Grande Guerre, mondialement reconnu, traite, à travers ses deux musées de Péronne et de Thiepval, le premier conflit mondial à travers toute son ampleur. Aujourd'hui, l'Historial propose une nouvelle expérience, une immersion sensible et pointue, autour de la réalité superposée
Thiepval-aperçu-réalité-augmentée-min

Créé à l’initiative du Conseil départemental de la Somme, l’Historial de la Grande Guerre est implanté depuis 1992 à Péronne, où plus de vingt nations ont combattu au cours de la Première Guerre mondiale. Dans un parcours croisant le front et l’arrière, combattants et civils, le musée aborde la Première Guerre mondiale « autrement ». Les visions des trois principales nations belligérantes du front de l’Ouest (Allemagne, France, Grande-Bretagne) se croisent dans la dimension totale de ce conflit : militaire, sociale et culturelle.

Véritable musée des sociétés en guerre, sa collection témoigne de la vie quotidienne des soldats, mais aussi celle des civils. «  Il s’agit en effet d’une collection de 70.000 items qui alimente les expositions permanentes et temporaires. Ce sont des objets militaires ou civils, des journaux, des affiches, des lettres, des cartes postales, de l’artisanat de tranchée ou encore des films. Aussi de nombreuses œuvres d’art illustrent la représentation de la guerre, la vie quotidienne près du front ou à l’arrière, la mort, le deuil, »  décrit Hervé François, directeur de l’Historial. A souligner également : la série Der Krieg (la guerre) de cinquante eaux-fortes d’Otto Dix, unique dans les collections publiques françaises et qui témoigne des horreurs et traumatismes de la guerre. En 2016, l’Historial de la Grande Guerre a inauguré un second musée à Thiepval consacré à l’histoire des batailles de la Somme et à la mémoire des disparus. L’exposition réunie des pièces de collection, des objets archéologiques et offre grâce à une fresque de 60 m, dessinée par Joe Sacco, la vision du champ de bataille lors de la tristement célèbre journée du 1er juillet 1916.

Plongez dans une expérience immersive 

L’accessibilité du musée pour tous les publics et la compréhension de son propos étant au cœur de nos priorités, l’Historial de la Grande Guerre, renforce sans cesse sa médiation. Aussi, pour apporter un contenu émotionnel supplémentaire, le musée vient de se doter d’une technologie unique, made in France et brevetée, appelée Overlap Reality®, ou Réalité Superposée. C’est une alternative à la réalité augmentée permet d’immerger le visiteur dans une narration qui se déroule tout autour de lui. « Cette expérience d’immersion dans la Grande Guerre, à travers différents personnages, combinant le propos historique du musée et une scénographie marquante, permettra de renforcer l’attractivité de l’Historial notamment auprès des publics jeunes. Elle offre en effet, une version plus ludique et abordable des faits historiques. » Il faudra juste se munir d’un smartphone et d’écouteurs pour profiter de l’expérience qui a été officiellement lancée le 3 juillet à l’occasion de la nuit des musées.

Redonner vie aux soldats

Ainsi, à Péronne, quatre « fosses » du musée de la Grande Guerre sont animées via la Réalité Superposée à travers des récits du conflit vécu par des soldats et une infirmière de différentes nationalités. Cet outil de valorisation permet de redonner vie à des personnages pour mieux comprendre ce qu’ils ont été. Par sa dimension immersive et incarnée, grâce aux propos d’un soldat via un comédien, elle apportera une touche émotionnelle et sensible. Le même dispositif est également prévu à Thiepval. Grâce à quatre points stratégiques situés sur la fresque de Joe Sacco, l’expérience décrit la tragique journée du 1er juillet 1916. Le visiteur pourra alors plonger au cœur de la bataille de la Somme accompagné par le récit de quatre soldats. « Cette médiation numérique via la réalité superposée sera construite en complémentarité de nos autres parcours de médiation numérique et multimédia. Cela passe par la mise à disposition de dossiers d’aide à la visite pour les plus jeunes, de carnets d’activités, de bornes et tables tactiles, d’application sur tablette et smartphone », conclut le directeur. Quand l’Histoire et l’émotion font corps, c’est à l’Historial que cela se passe. 

02 juillet 2021
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

A Boulogne-sur-Mer, les murs ont des visages
Le Centre Sir John Monash : la réalité du front comme jamais
Les Faiseurs de Bateaux, contre vents et marées
Arras, Ultreïa !
Échappée noire : balades encyclopédiques

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation