IC.ON.IC ? oui, iconique ? totalement !

Le street-art à Amiens prend ses aises dans le quartier Saint-Leu et marque ainsi un tournant important dans la volonté amiénoise de devenir une place forte des arts visuels et urbains pour les années futures, dans l’optique ambitieuse et volontariste de faire de la ville la capitale européenne de la culture en 2028
Epopée-de-Gilgamesh_Poes-et-Jo-Ber

Redécouvrir l’espace urbain

Cependant, d’ici là, bien de choses vont se passer, à commencer donc par cette intrigante et surprenante balade dans les ruelles pavées de Saint-Leu. Au gré des bâtiments, des murs et des ponts, le long des canaux, entre coins et recoins, ce ne sont pas moins de seize œuvres qui attendent les visiteurs, avec un fil rouge pictural idéal en cette période samarienne automnale : l’émerveillement ! C’est en effet sucette thématique que les artistes sollicités ont pu donner libre cours à leurs talents, pour s’approprier l’espace urbain et déployer tout l’éventail de leurs imaginaires respectifs. Un imaginaire par ailleurs bien sollicité en Picardie puisque certains artistes (Günter, Juan Spray, Poes & Jo Ber, Xkuz, L’Atlas et Bault) enchaînent IC.ON.IC à la suite de Transition(s), l’expo de street-art qui a marqué l’été du côté d’Abbeville.

Un univers aux multiples facettes

Ce sont donc des noms reconnus, tels que Nicolas Tourte, Xkuz, Ememem ou encore Tiboletuba qui apparaissent, jusqu’au 17 décembre, dans le quartier Saint-Leu d’Amiens. On trouve, parmi ces œuvres éphémères – car c’est là l’essence même du street-art : embellir temporairement, bousculer les codes, faire descendre les peintures dans la rue et se faire confronter frontalement deux univers aux antipodes l’un de l’autre – des chapitres mythologiques d’anthologie (l’épopée de Gilgamesh, une fresque signée Poes et Jo Ber), des vaisseaux oniriques qui semblent prêts à plonger (ou s’envoler, c’est selon) vers des contrées imaginaires (le Batofar par Günter), des silhouettes mystérieuses, des lettres éparpillées ou bien de drôles de bonhommes. Des artistes amiénois sont aussi à l’affiche, tels que Céline Roucou, Juan Spray ou Romain Dorez… Dès lors, Il n’y a plus qu’à ouvrir les yeux et se laisser porter au gré des découvertes, au gré de ses pas, au gré de son plaisir.

En savoir +

Le festival IC.ON.IC est à découvrir jusqu’au 17 décembre 2021.
Infos pratiques sur le site de l’Office de tourisme d’Amiens
(amiens-tourisme.com/festival-iconi) ou celui d’Amiens Métropole
(https://www.amiens.fr/Vivre-a-Amiens/Culture-Patrimoine/
Les-grands-evenements/IC.ON.IC/Parcours-Street-Art
)
Carte et description des œuvres, planning du festival (notamment sur les parcours Art Contemporain et Vidéo Mapping à venir). Visites guidées de 1h15 minutes possibles (sur réservation : https://bit.ly.resaAMAH)

Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Festival international du film d’Amiens : commencer avec des courts-métrages pour s’épanouir ensuite
Lens, éclaire de génie
Grande guerre, immense voyage
S’embraser à la Sainte Barbe
DAW Caparol innove dans le respect de l’environnement

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation