De la lumière au cœur de l’hiver

Les dernières semaines de l’hiver, l’enthousiasme des fêtes est passé, le froid est encore vif, le moral en dent de scie et l’énergie commence à manquer. Le manque de lumière est le premier responsable de notre petite forme au sortir de l’hiver. Alors, en attendant que le printemps nous offre ses doux rayons de soleil, des solutions se dessinent. Luminothérapie, mais aussi phytothérapie et mouvement seront d’un précieux soutien.
Par Claire Devilliers – naturopathe
Luminotherapie-SOLEIL-DHIVER

La lumière, clé de notre humeur

Encore trop peu répandue, la luminothérapie est une thérapeutique pourtant efficace pour soulager ce que l’on appelle la dépression saisonnière. Dans les années 1980, c’est le Dr. Norman Rosenthal, psychiatre américain, qui fut le premier à identifier ce phénomène et à le mettre en lien avec le manque de luminosité. Pourquoi ? Parce que c’est la lumière qui inhibe la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil et la régulatrice majeure de notre rythme circadien (alternance veille/sommeil). Quand cette subtile chaîne de synthèse des différents neurotransmetteurs est mise à mal, et bien c’est notre moral qui est directement impacté, avec son cortège de symptômes : fatigue, manque de motivation, irritabilité, voire troubles de la libido ou pulsions de sucre. Si vous partez travailler quand le soleil n’est pas encore levé, que la journée se passe au bureau et que vous rentrez à la nuit tombée, vous n’aurez eu quasiment aucun contact avec la lumière naturelle. Alors si cela vous est possible, passez au moins 1/2h à l’extérieur durant la matinée. Sinon optez pour une cure de luminothérapie.

Mode d’emploi

Alors de quoi s’agit-il ? Différents systèmes existent aujourd’hui : soit une lampe émettant 10 000 lux que l’on pose devant soi, soit des lunettes que l’on porte et qui ont l’avantage de nous laisser mobile durant l’exposition. Le principe : faire une séance de 20 à 30 minutes au réveil ou dans les 2h qui suivent, durant au moins un mois. Les résultats peuvent se ressentir assez rapidement, dès la première semaine. Bien entendu, veillez à ne pas contrecarrer les effets en vous exposant à des lumières artificielles fortes le soir et stoppez les écrans – TV, téléphones, tablettes – au moins 2 à 3h avant le coucher. Autre conseil, surveillez votre taux de vitamine D. Même en s’exposant chaque jour à la lumière, il y a de fortes chances que vous soyez carencé durant la saison hivernale. Idéalement, il nous faudrait un dosage situé entre 60 et 100 ng/ml. Un complément quotidien de vitamine D naturelle sous forme de gouttes est fortement conseillé, à raison de 2000 UI par jour, posologie à adapter en fonction de votre dosage.

Le mouvement, secret de l’énergie

Moins motivé en hiver pour aller vous balader ou pratiquer votre sport hebdomadaire ? Voilà certainement l’une des explications de votre manque d’énergie, car la sédentarité est tout aussi responsable que le manque de luminosité d’une fatigue hivernale. Pourquoi ne pas commencer votre journée par une courte séance d’étirements ou de gymnastique douce ? Voilà qui complétera efficacement votre cure de luminothérapie. Le week-end, motivez-vous pour une balade en famille en forêt ou dans un lieu de nature… rien de tel qu’une marche en extérieur pour favoriser l’oxygénation profonde, l’air frais étant particulièrement vivifiant !

Des plantes qui réchauffent

De retour, réchauffez-vous avec une bonne tisane. Désuète pour certains, la tisane est pourtant l’une des formes galéniques les plus simples et néanmoins efficaces en phytothérapie. Décoction de romarin ou encore maté au petit-déjeuner pour leur effet stimulant, thé vert le midi et pour l’après-midi, les épices réchauffantes comme la cannelle ou le gingembre seront idéales. Le soir en revanche, optez pour des plantes favorisant le sommeil comme la verveine ou le tilleul. Gardez également à l’esprit que l’énergie trouve sa source dans notre assiette… Une alimentation vivante, c’est-à-dire riche en micronutriments préservés, sera de mise durant toute la saison froide. Des légumes crus, des graines germées, des jus frais, autant de gestes du quotidien qui soutiendront votre forme. Comme toujours, la clé de l’énergie repose sur un ensemble de facteurs relevant de l’hygiène de vie. Une vigilance du quotidien… pour glisser sur l’hiver sans chuter !

Synergie aroma pour bien démarrer la journée !

Multi-usage, la menthe poivrée est utile ici pour son effet tonifiant et stimulant général. Pour soutenir l’énergie dès le matin, il convient de booster les glandes surrénales, productrices notamment du cortisol, l’hormone de l’action, qui se synthétise en début de journée. Le pin sylvestre et l’épinette noire ont toutes deux des vertus cortison-like, c’est-à-dire qu’elles miment l’action du cortisol, d’où leur effet anti-fatigue.

Dans un flacon de 5ml :

  • 15 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée (minta piperita)
  • 15 gouttes d’huile essentielle d’épinette noire (picea mariana)
  • 15 gouttes d’huile essentielle de pin sylvestre (pinus sylvestris)
  • Compléter avec une huile végétale type amande douce

Contre-indication : femmes enceintes et allaitantes, enfants de moins de 12 ans, hypothyroïdie

Application : appliquez quelques gouttes du mélange dans le dos, au niveau des reins, pendant quelques jours.

Texte : Claire Devilliers – naturopathe
Illustrations : Maud Peltier
26 février 2022
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Le bonheur de nager avec « Osez l’eau »
Les algues dans l’assiette, trésors de la mer
Entrée dans l’arène
La trousse naturo des vacances
Ces légumes 100% nordistes… et 100% santé

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation