Chroma, pour une cathédrale débordante de couleurs

Parce que c’est tout simplement beau. Féérique. Impressionnant. Il faut voir ou revoir Chroma. Ponctué de nouveautés, le spectacle qui met en scène la huit fois centenaire cathédrale d’Amiens vous prend par la main durant une cinquantaine de minutes qui défient le temps. Une magie créée par l’artiste Marc Vidal et le technicien hors pair Alexis Di Meglio. Rencontre.
Par Stanislas Madej
IMG_82772-1

Un nouveau Chroma et Chroma 2

Cette année, Chroma affiche une grande nouveauté : entre les deux grandes parties du spectacle, une voix vous raconte, en une petite dizaine de minutes, l’essentiel de l’histoire de la cathédrale d’Amiens. D’abord en français, puis en anglais.

Vous entrez dans la nuit noire et Chroma vient sculpter la cathédrale de ses lumières, fendant l’obscurité, dessinant le fier bâtiment à coup de rosaces, gargouilles, saints, labyrinthe, clochers, tous sortis d’un faisceau génial qui explose avec une précision d’orfèvre en une multitude de couleurs.

« On a très envie de créer POUR la cathédrale. La magnifier la nuit, la faire découvrir autrement », confie Marc Vidal, le concepteur de Chroma. Quand il a été sollicité, les polychromies existaient déjà. Il a créé autre chose. Ces mouvements, ces effets visuels uniques, associés à une musique sur mesure : « on essaye de jouer avec l’architecture, avec la structure. On la déforme, on la décompose. Du coup, on prend davantage la mesure du bâtiment. Le but était de toucher un public large, on voulait qu’il y ait des moments « populaires », grâce au mélange du logiciel et de la créativité. Au moment de la création, je me laisse aller à toutes les idées. Après, Alexis intervient ! ».

Alexis Di Meglio est le directeur commercial de VLS, la société qui fabrique ; concrétise le travail de Marc Vidal. C’est lui qui est garant du succès technique de Chroma : « Il faut que la technique soit la moins visible possible pour préserver la dimension artistique et l’émotion. Nous avons plusieurs contraintes. La première est qu’il ne faut pas générer d’ombres lors de la projection. Nous avons donc disposé 5 tonnelles, car les portails de la cathédrale sont creux. La synchronisation entre la vidéo et le son est essentielle ! Donc le placement des enceintes est très important, il crée l’immersivité du public ».

Chro-malin

Et puis il y a Chroma 2. Le « petit plus ». Le passage qui fait durer le plaisir, qui prolonge le moment. Rendez-vous dans les jardins de l’ancien évêché, pour y découvrir de près, presque toucher… Chroma.

De nouvelles projections sont proposées. Avant, pendant et après le spectacle nocturne quotidien. Ici, le visiteur-spectateur intègre Chroma. Les vidéos, les effets visuels, sont à portée de main. D’ailleurs, dans un cadre interactif, on peut soi-même modifier de manière aléatoire les couleurs du dessin projeté ! C’est une extension, une continuation de Chroma, avec gros plans sur gargouilles et autres éléments visuels de la cathédrale, comme cette projection dans les feuilles d’arbres qui prend une toute nouvelle dimension, pour une expérience augmentée.

Cette nouvelle mise en scène est aussi une occasion de mettre plus en avant ce jardin. Puisque la métropole amiénoise rêve de le voir, lui aussi, un jour prochain, inscrit au patrimoine de l’Unesco. Malin !

Rêves de créateurs…

Rendre l’expérience du public plus forte, plus immersive, plus interactive, c’est l’axe d’évolution de Chroma dans les années futures. Et déjà Marc et Alexis rêvent du futur Chroma. 

Marc : « Je voudrais matérialiser une image qui flotte dans l’espace lors d’un prochain spectacle. Une sorte d’hologramme… Car c’est la magie qui est importante et crée l’émotion ! »

Alexis : « On m’a demandé de créer « L’œil de Soron » du Seigneur des anneaux. Alors on travaille avec Ruggieri (artificier renommé mondialement, ndlr), afin de pouvoir projeter une image dans le ciel… »

Une image dans le ciel pour se faire écho de l’image du Ciel, malin Chroma !

Infos pratiques

Spectacle gratuit, tous les soirs à la nuit tombée du 15 juin au 22 septembre, puis du 24 novembre au 31 décembre.

A 22h45 en juin, 22h30 en juillet, 22h en août, 21h45 en septembre. A 19h en novembre et décembre.

Texte : Stanislas Madej
Photos : Laurent Rousselin – Amiens Métropole ; Bertrand Fournier ; Stanislas Madej
14 juillet 2022
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

David François : un trait acerbe sur Chaplin
Transition La Piscine ou l’art du Grand Bain à Doullens 
Lens : L’Ambassade déverrouille la culture
Gîte insolite : le Bain de Forêt magique d’Hardelot
Sur les routes de l’or blanc

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation