Billy Symphony : le son de dessins

Imaginée par l’Amiénois David Périmony, Billy Symphony raconte l’histoire d’un garçon et d’un moineau qui partagent l’amour du jazz. Désormais, c’est aussi l’histoire d’une bande dessinée muette augmentée en ciné-concert.
Par Joffrey Levalleux
David-Périmony_Portrait-en-train-de-dessiner

Le bayou d’Amiens

Il défend la « lecture des images », préfère « l’imaginaire aux sous-titres » et admet volontiers que certains souvenirs « refont surface inconsciemment. » Petit, David Périmony habitait Cappy. Un village-cotillon situé à mi-distance d’Albert et de Péronne, cerné d’étangs poissonneux. « Mon grand-père avait l’habitude d’attacher son bateau à un arbre. Moi, j’avais l’impression d’être Tom Sawyer », se souvient l’illustrateur. Cet arbre, chêne, érable, tilleul, peu importe, on le croise souvent dans Billy Symphony. Notamment pages 12-13. Page ? Plutôt un tableau représentant l’un des joyaux de la capitale samarienne : les hortillonnages.

Des pontons en bois, des maisons, la rivière Somme et ce qui pourrait bien ressembler à une barque à cornets conduite par un p’tit gars. Bref, du 100 % local. Sauf que, si on regarde bien, il y a aussi un crocodile. « Et ça, y en a pas à Amiens… » Mais dans l’inconscient de David, si. L’enfant de Mark Twain voulait faire ici le lien entre Amiens et le bayou, paysage qui incarne la Louisiane. Avec son baluchon à l’épaule, Billy est un Huckleberry Finn au cœur pur. « Son rêve, c’est de devenir musicien, saxophoniste », poursuit l’auteur. Un doux-rêveur solitaire qui évolue dans une bande dessinée orpheline elle aussi, mais de textes. Qu’importe. Nul besoin de mots pour se laisser porter par cette histoire d’amitié entre Billy et un jeune moineau.

Bande des cinés

28 septembre 2021. Dans la salle du Nautilys de Comines près de Lille. Une trentaine de jeunes enfants s’installe en silence. Le noir tombe. Soudain apparaît sur grand écran la bouille sympathique de Billy entourée de deux musiciens en chair et en os. Fruit d’un immense travail collectif chapeauté par l’association Perluette (cf. encadré), l’œuvre de David Périmony s’est transformée en Ciné-BD-Concert. Aujourd’hui, c’est le grand test.

Après plusieurs mois à faire cohabiter images, sons, lumières et costumes, on va enfin pouvoir mesurer « les réactions en direct du jeune public. Sur un projet aussi singulier que celui-ci, c’est capital », souligne Laurent Bostvironnois, directeur du Nautilys. Car Billy n’est toujours pas doté de la parole. En revanche, son aventure est désormais portée par une très vivace partition co-signée Pierre-Yves Langlois et Claire Bellamy. On retrouve cette dernière sur scène, à la contrebasse mais aussi au chant et aux bruitages. En face d’elle, David Laisné lui donne la réplique au piano et surtout au saxophone. Durant 45 minutes, Billy Symphony s’écoute autant qu’il se regarde. Le tout porté par la justesse du montage vidéo réalisé par Marie Langlois. Un écho aux Silly Symphonies, ces courts-métrages des années 30 produits par les Studios Disney. D’ailleurs, les plus vieux d’entre nous ne manqueront pas de repérer quelques similitudes entre Billy Symphony et l’œuvre du grand Walt : le crocodile (Peter Pan), les balais (Fantasia)… Et pour les autres, il faudra être attentif et suivre Billy à la lettre.

Billy Symphony de David Périmony, éditions de la Gouttière http://editionsdelagouttiere.com

Voir & écouter Billy Symphony

17/11 à 15h30, Maison Folie Beaulieu (Lomme) ; 26/11 à 20 h au Centre musical les Arcades (Faches-Thumesnil) ; 27/11 à 16 h à la Médiathèque de Faches-Thumesnil ; 1/12 à 14 h, la Fileuse (Loos) ; 7/12 à 20 h aux Bains Douches (Lys-lez-Lannoy) ; 15/12 à 14h30 et 16h à l’Hospice d’Havré (Tourcoing) ; fin mars 2022 à la Ferme Dupuich (Mazingarbe) ; 20/03/22 au Zèbre (Albert) ; 30/04/22 au Trait d’Union (Mons-en-Barœul) ; 7/05/22 à 17h à la Manivelle Théâtre (Wasquehal) ; 1/06/2022 au Nautilys (Comines) ; juin 2022 aux Rendez-vous de la BD d’Amiens.

Le son d’amitié

Comme on peut le lire sur la quatrième de couverture, Billy Symphony est « l’histoire d’une amitié à la recherche de l’accord parfait. » Sa version Ciné-Concert est un événement  audacieux. Portée par Perluette, association nordiste qui développe des projets autour de la littérature jeunesse, cette aventure dessino-vidéo-musicale est une première du genre pour Magali Battaglia. « Le fait que la BD de David soit muette donne de l’épaisseur, du sens et surtout une dynamique à un projet novateur. La musique porte les dessins et inversement. »  Eric Dupont, directeur du Centre musical des Arcades[1], y voit « une fusion artistique génératrice d’émotions incroyables ». Un mélange créatif « qu’on regarde d’abord avec des yeux d’enfant mais qui, en fin de compte, touche tout le monde car il aborde des sujets profonds et universels comme l’amitié, la cupidité, l’espoir et l’humanisme. »
è Association Perluette, 06 79 21 09 27 – www.perluette.xyz


[1] Le spectacle est une coproduction Tourcoing Jazz et Les Arcades de Faches-Thumesnil.

Texte : Joffrey Levalleux
Photos : Franck Bürjes – Photochrome
02 novembre 2021
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Festival international du film d’Amiens : commencer avec des courts-métrages pour s’épanouir ensuite
Lens, éclaire de génie
S’embraser à la Sainte Barbe
IC.ON.IC ? oui, iconique ? totalement !
Benjamin Wangermée, acteur nez

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation