A vélo, le territoire rayonne

En terre d’Ostrevent, la nature règne en maître. Et c’est à vélo que l’on s’en rend compte. Traverser ce territoire qui alterne verdure, cours d’eau, terrils et cités minières, c’est approcher les quatre éléments d’un coup. De quoi mettre un peu de sel dans votre vie.
Par Joffrey Levalleux
DSC_7692-2

Certes il faut déployer la béquille et tirer un peu sur les mollets, mais l’ascension mérite bien un petit effort. S’il avait existé à l’époque médiévale, le campanile du terril des Argales aurait relégué n’importe quel clocher au rang d’escabeau. De là-haut, on se sent invincible tel l’aigle dont la vue porte à des dizaines de kilomètres à la ronde. Bien au-delà des 140 hectares que constitue la base de loisirs de Rieulay. Pour le randonneur, ce belvédère « permet surtout de lire le paysage et d’en mesurer l’exceptionnelle richesse », admet Lisa Morel, guide à Cœur d’Ostrevent Tourisme. Car c’est bien de diversité qu’il s’agit. Et le vélo à assistance électrique permet de l’aborder sereinement. 

« Là, nous sommes sur le Chemin des galibots[1], mais d’autres parcours quadrillent le territoire », précise notre éclaireuse. D’ailleurs, avant de prendre le large, on peut se faire une idée précise de ce qui nous attend. Notamment grâce à une table tactile d’un réalisme fou comme nous le démontre Karen Saint-Patrice, directrice de l’Office de Tourisme. « Cet outil permet de survoler la région dans les moindres détails : grands sites, curiosités, musées, restaurants, hébergements : tout y est. »

Deux roues, quatre éléments  

Si l’on devait user d’une métaphore, les collines de stériles[2] de Rieulay et le terril d’Auberchicourt incarneraient l’un des quatre éléments : l’air. Car à vélo, on vient y prendre une sacrée bouffée d’oxygène. Mais, fait suffisamment rare pour être souligné, le petit territoire du Cœur d’Ostrevent[3] est surtout en possession des trois autres. L’eau serait représentée par les tourbières (Vred, Marchiennes) et bien sûr, par la Scarpe que le cycliste suit à la trace via le chemin de halage. Qu’en est-il alors du troisième élément, la terre et sa verte nature ? En deux roues, on se rend vite compte qu’il est omniprésent.

Les 800 hectares de forêt de Marchiennes, les multiples bois traversés, mais aussi les cités minières – la brique n’est-elle pas de le terre cuite ? – qui jalonnent les parcours[4] en témoignent. Et le feu dans tout ça ? L’ultime élément pourrait logiquement être représenté par le Centre historique minier de Lewarde ou encore par le Centre de mémoire de la Verrerie d’Aniche. Deux sites majeurs d’une inestimable valeur patrimoniale. Deux géants qui ne cessent d’attiser la mémoire de notre région. 

En résumé, que nous disent ces balades cyclistes sinon que « ce territoire possède une polychromie paysagère que l’on peut admirer en toute sécurité, à son rythme et avec la garantie de vivre une expérience unique », synthétise Olivier Cardot, responsable du service Environnement et cadre de vie au sein de la Communauté de commune Cœur d’Ostrevent. Qu’attendez-vous pour mettre un peu de selle dans notre vie ?

Le couvert et le gîte

Tous les trésors sont bien cachés. La Grange ne fait pas exception. En fait de grange, il s’agit plutôt d’un food truck qui vient juste de se garer dans la cour d’une ferme au carré. Benjamin Bernard-Luneau y prépare des burgers carbonnade/maroilles, du taboulé de quinoa agrémenté de légumes de saison et de crème de chèvre, un concassé de tomates, des saucisses aux herbes rehaussées d’une mayonnaise à l’ail… Après Seattle, Paris, Londres et Nagoya au Japon, Benjamin a posé ses casseroles en pleine campagne pour « prendre le temps de travailler avec les producteurs. » Un bonheur pour les cyclistes (et les autres) qui pourront emporter le fruit de sa passion sous le bras.


Si vous voulez prolonger l’expérience, vous pouvez rester sur place et dormir au Domaine des Florines. L’été dernier, Florence et Michaël ont en effet redonné vie à l’ancienne ferme familiale en y créant quatre gîtes tout confort. S’endormir à l’orée de la forêt, être réveillé par le fumet des brioches de Benjamin. Si ce n’est pas reposant…   

  
Ça se passe au 49, rue du Hameau D’Elpret à Marchiennes.
La Grange (food truck) : ouvert le jeudi, vendredi, samedi et dimanche soir et le samedi midi.
Tél : 06 60 82 74 03

Gîtes du Domaine des Florines
Tél. : 03 21 14 93 93

Infos pratiques
Balades à vélo, renseignements et réservations à Cœur d’Ostrevent Tourisme

34, rue de Chambéry à Pecquencourt.
Tél. : 03 27 08 45 06
www.coeur-ostrevent-tourisme.fr


[1] D’une longueur de 35 km, le Chemin des galibots est l’un des 4 circuits à vélo proposés par Cœur d’Ostrevent Tourisme.  

[2] Anciens résidus issus de l’extraction minière

[3] La Communauté de communes de Cœur d’Ostrevent regroupe 20 communes et 73 000 habitants.

[4] Parmi les cités minières, mentionnons celles de Lemay et Sainte-Marie à Pecquencourt, du Champ fleuri à Masny, de Sessevalles à Somain et de Sana à Montigny-en-Ostrevent

Texte : Joffrey Levalleux
Photos : Franck Bürjes
02 juillet 2020
Partagez cet article !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dans la même rubrique

Se balader de haut en large des terrils
Lens-Liévin, retrouvez l’essentiel !
Pairi Daiza, zoo paradisiaque
Balade mystérieuse autour des Sept Bonnettes
Grand bol d’air au pays des Henson

Vous aimez cet article

Inscrivez-vous à la newsletter iCéÔ magazine et retrouvez chaque semaine nos idées de sortie en région.

Votre magazine iCéÔ sur mesure avec une sélection d'articles en fonction de vos goûts et de votre localisation